La Souterraine, en pleine lumière

600x337_souterraine1

Comment imaginer notre cycle So French sans nous intéresser au travail du site/label La Souterraine ? Clairement impossible, tant le travail réalisé par les quatre mains et oreilles de Laurent et Benjamin, permet depuis de nombreuses années de découvrir une foultitude d’artistes plus ou moins frenchy, neufs et intéressants.

 

 

 

 

 

Depuis leurs premières livraisons de compilations et mixtape, aux alentours de 2014, La Souterraine nous a permis de découvrir des artistes aussi obscurs et frappadingues que Troski Nautique ou Colombey, le prog-jazz-etc. des OVNIs musicaux Aquaserge, la pop synthétique made in Montauban de Rémi Parson, le punk rock joyeux de Pierre et Bastien, les pop songs de Requin Chagrin et des dizaines d’autres artistiques méconnus, hors normes, rétro ou « post-ringuardistes ».

Loin d’une démarche franco-française, frileuse et repliée sur elle même, le travail des deux souterrainistes vise d’abord à mettre les marges artistiques au centre de notre curiosité culturelle, à coté de l’industrie musicale dominante tout en prenant exemple sur des modèles de réussite underground, anglo-saxonne le cas échéant.

La Souterraine est définitivement #sofrench (même si eux préfèrent le mot « franco »).

L’INTERVIEW

Début mars 2017, en marge d’un concert d’Aquarserge à la Maroquinerie à Paris, Benjamin Caschera dans un beau pull orange-rouille sur fond jaune, nous a expliqué le pourquoi du comment de la mise en valeur de ces groupes et artistes.

Interview part – 1/3 : Le français comme critère de choix de leurs compilations

Interview part – 2/3 : Le rapport avec les groupes sélectionnés pour les compilations – Les quotas francophones dans les radios – Les visuels détournés et utilisés par La Souterraine

Interview part – 3/3 : Le questionnaire frenchy. Qu’est-ce que La Souterraine pense de Nino Ferrer, Bourvil, Souchon, Barbara ou Métal Urbain ?

On vous propose de replonger dans la toute première compilation ficelée par les compères.

 

 

 

 

 

 

 

par Martial Ratel et Fabrice Dedieu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

13 − 11 =